Go Top
La Foi

J’AI QUITTÉ MHFM !

L’Erreur Fatale des Frères Dimond sur le Sédévacantisme & l’Orthodoxie
Loading
usa
Pontrello

Le sédévacantisme selon John C. Pontrello


Lorsqu’un jour j’alertai les moines de l’existence d’un livre de John C. Pontrello contre les positions sédévacantistes, "L'Illusion Sédévacantiste - Pourquoi l’affrontement entre Vatican II et le sédévacantisme soutient l’orthodoxie orientale". [1], et leur fis part de mon intention de le réfuter, ces derniers m’avaient écrit que ça n’en valait pas la peine. [2] J’ai trouvé très étrange qu’un livre se consacrant à démolir méthodiquement les réfutations aux objections lancées le plus souvent contre le sédévacantisme, et qui explique en profondeur l’indéfectibilité de l’Église et le Saint-Siège que les Dimond n’auraient pas comprise, ne soit pas pris plus au sérieux que cela. Plus je cherchais à réfuter ce livre qui avait vu la conversion de multiples personnes à l’orthodoxie orientale, plus je constatais que sa conclusion était logique et sautait aux yeux. En fait, elle expliquait toutes les frustrations que j’avais accumulées au fil des ans, entre autres à cause d’un relationnel tendu, non vivant, isolateur et quasiment absent en terme pastoral avec les moines. Plus j’avançais dans ma tentative de réfuter tout seul ce livre, plus ma colère augmentait envers la thèse tenue par les partisans de Pontrello : car elle aurait signifié que l’unique Église que je défendais avait failli dans sa mission. Et pour moi c’était impossible ! En effet, si John Pontrello a raison, alors l’Église de Rome a failli. Mais puisque j’étais convaincu et le suis toujours qu’il est impossible que l’Église de Jésus-Christ soit défaite, cela signifie qu’elle existe toujours, bien vivante ; or non pas comme le comprennent les Dimond.

En tant que sédévacantiste, ce que je disais aux gens constamment était que ce qui fait avant tout la papauté et l’Église catholique, c’est la fonction papale grâce au Saint-Esprit, et pas juste la personne du pape. Le livre de John Pontrello réfute néanmoins cette assertion point par point en prouvant que les définitions sur la papauté ne tournent pas uniquement et exclusivement autour de cette fonction papale. À l’inverse, la juridiction, le charisme et l’unité doivent être liés entre eux, et il faut que le phénomène de succession de personnes sur le trône de saint Pierre soit à perpétuité pour ne pas contredire l’enseignement dogmatique catholique.

La lecture de l’encyclique de 1873 du pape Pie IX, Etsi Multa, [3] fait comprendre que les arguments prononcés dans la condamnation et l’anathème des partisans de l’anti-infaillibilité-pontificale -- comme d’affirmer que le Pontife romain, tous les évêques, prêtres et fidèles joints à lui dans l’unité de la foi, soient tombés dans l’hérésie en approuvant les conclusions d’un concile œcuménique de l’Église --, s’appliquent tout autant aux sédévacantistes d’aujourd’hui en schisme avec Rome à cause du concile Vatican II (1962-1965). Ce qui a été reproché fondamentalement à ces partisans de l’anti-infaillibilité pontificale ayant fait schisme, par le pape Pie IX en 1873, c’est leur reniement de l’indéfectibilité de l’Église.

Le livre de John Pontrello réfute complètement l’argument des Dimond et prouve que leur définition est erronée et incomplète. Comme si ces derniers voulaient cacher les véritables questions qui en découleraient alors. Les sédévacantistes pourraient objecter qu’à Vatican II, Paul VI était déjà un antipape avant sa validation du concile. Mais le point est que la date d’une telle affirmation importe peu. Car quiconque se dit catholique et pense acceptable le fait de ne plus rester en communion avec le Saint-Siège, n’a que deux solutions, comme le dit John Pontrello : soit il est dans l’erreur, soit il y a eu une défection. [4]

Toujours selon la même personne, on ne devrait pas se poser la question de savoir jusqu’à quand l’Église peut durer après avoir failli. La théorie sédévacantiste d’une longue période exceptionnelle d’interrègne n’est qu’une distraction de tout ce qui est avancé sur la vraie définition de l’indéfectibilité de l’Église. On la trouve dans le livre de John Pontrello, qui se base sur l’Encyclopédie catholique et des œuvres apologétiques catholiques ; non pas la définition privée des Dimond.

La logique veut que si on persiste à tenir l’argument des Dimond, qui peut se résumer à dire qu’on peut se passer d’un pontife romain, alors il faut se poser cette question : si ça fait 57 ans que l’Église catholique n’a pas eu besoin d’un pontife romain, alors en quoi un pontife romain deviendrait-il nécessaire l’année suivante ? C’est ce que dit l’auteur du livre en question à la page 73 ; et c’est sensé.

Les sédévacantistes pourront vous parler de la célèbre citation reprise par les Dimond sur La Salette, Rome perdra la foi et deviendra le siège de l’Antéchrist, [5] mais vous pourrez alors leur demander d’expliquer les autres passages du message de cette même apparition qu’ils ne vous citent pas et qui contredisent pourtant le sédévacantisme. [6] Les sédévacantistes pourront vous sortir l’argument des Dimond reprenant saint Athanase, « Même si les catholiques fidèles à la tradition sont réduits à une poignée, ce sont eux qui sont la véritable Église de Jésus-Christ. » [7] Et vous pourrez répondre que les présuppositions de ce grand saint n’étaient pas celles des Dimond. En effet, elles étaient conformes avec l’indéfectibilité de l’Église.

Le saint vivait à une époque où l’Est et l’Ouest n’étaient pas séparés et ne formaient qu’un. Voilà pourquoi l’idée à cette époque de perdre un très large pourcentage de fidèles romains et leur évêque, n’était pas contradictoire avec l’Église universelle. [8]

Objection 15

Un article du MTSF prétendant réfuter le sédévacantisme.

Quand je vous ai dit avoir averti les moines de MHFM du livre de John Pontrello, et n’avoir reçu aucune réponse digne de ce nom, je tiens à préciser qu’une chose similaire s’est produite des années plus tôt pour un autre sujet : celui de l’ignorance invincible, que Peter Dimond dénonce et prétend réfuter dans son livre Hors de l’Église catholique il n’y a absolument pas de salut. Je l’avais informé personnellement de Singulari Quidem, la lettre aux évêques autrichiens du 17 mars 1856. [9] Notez que c’est Quidem et non pas Quadam ou Quadem. Peter Dimond cite Quadam à la page 107 de son livre [10] mais pas Quidem, qui avait un jour retenu mon attention après qu’un adversaire de MHFM m’en eut parlé. Peter Dimond m’avait répondu par courriel que ce passage était clairement hérétique et qu’il allait s’y intéresser plus tard. Je n’ai toujours pas reçu de réponse sur ce sujet qui devrait pourtant réveiller les consciences des défenseurs de ce livre. Voici la phrase du pape Pie IX sur l’ignorance invincible, qu’il avait prononcée deux ans après l’encyclique que le moine prétend pouvoir expliquer dans son livre :

« Elle leur crie hautement que tout l'espoir de l'homme, que tout son salut est dans la foi chrétienne, dans cette foi qui enseigne la vérité, dissipe par sa lumière divine les ténèbres de l'ignorance humaine, opère par la charité; et en même temps dans l'Église catholique, car elle conserve le vrai culte, elle est le sanctuaire inébranlable de la foi même, et le temple de Dieu hors duquel, sauf l'excuse d'une ignorance invincible, il n'y a point de salut à attendre. » [11]

Pour rester cohérent, Peter Dimond devrait accuser d’hérésie le pape Pie IX, lui qui est accusé dans son livre d’avoir été faible dans ses propos sur le salut. Vous conviendrez que, selon les propres termes de MHFM, Pie IX est plus que faible dans Singulari Quidem. D’autant plus que l’ignorance invincible est critiquée, condamnée et anéantie farouchement par le moine comme une preuve d’apostasie pour quiconque la tiendrait de nos jours. Il suffit de parcourir les chapitres de son livre sur l’ignorance invincible pour s’en rendre compte. [12] Pourquoi le pape Pie IX, celui qui a écrit un catalogue des erreurs modernes en son temps, devrait-il échapper au jugement tranchant des Dimond sur les antipapes hérétiques en général ? Comble de la confusion pour les Dimond, Pie IX aurait donc été touché d’une hérésie foudroyante des années avant sa présidence du concile œcuménique Vatican I (1870). Si on repense à l’argument sédévacantiste pour valider leur séparation du signataire de Vatican II, Paul VI (à savoir que Paul VI était déjà un hérétique avant Vatican II), alors comment accepter qu’on puisse faire l’impasse sur Pie IX en rapport au premier concile du Vatican ? Pour rester cohérents, les sédévacantistes devraient au moins remettre en question la validité du pontificat de Giovanni-Maria Ferretti, dit Pie IX.

Au passage, sachez que lors de la proclamation du dogme de l’infaillibilité pontificale, par ce même Pie IX, à Vatican I, un éclair frappa le dôme de la basilique Saint-Pierre, qui ne possédait alors pas de paratonnerre. [13] La théorie de la fin des temps selon MHFM, et plus exactement de l’événement similaire de la foudre tombée sur la basilique Saint-Pierre durant le règne de Benoît XVI, [14] devrait logiquement rester cohérente avec Pie IX. Mais peut-être que certains font l’autruche pour justement ne pas déduire de l’anti-pontificat de Pie IX. S’ouvrirait ensuite une boite de Pandore qui réduirait en cendres nombre d’affirmations affichées sur le site des frères Dimond.


Notes de fin :

[1] John C. Pontrello, The Sedevacantist Delusion – Why Vatican II’s Clash with Sedevacantism Supports Eastern Orthodoxy, CreateSpace, South Carolina ; 2015. À ce jour, uniquement en anglais sur https://www.thesedevacantistdelusion.com/ ou Amazon https://www.amazon.fr/Sedevacantist-Delusion-Sedevacantism-Supports-Orthodoxy/dp/1511768746

[2] Message de MHFM à Jeremy Austin du 16/01/2018, sur la plateforme de tchat Fleep : « Regarding Pontrello, we don’t believe that it’s worth it to do a video on him. Hardly anyone or a very small number of people know who he is. He doesn’t really have a following. Doing a video about him would actually give him more publicity. » Traduction : Concernant Pontrello, nou ne croyons pas que cela vaille la peine de faire une vidéo sur lui. Presque personne ou un très petit nombre de gens le connaît. Il n’a pas vraiment d’abonnés. Faire une vidéo à propos de lui, lui donnerait plus de publicité. »

[3] Lettre encyclique Etsi Multa du pape Pie IX ; 21 nov. 1873 : http://laportelatine.org/bibliotheque/encycliques/PieIX/etsi_multa_luctuosa.php

[4] John Pontrello, Etsi Multa Reloaded ; 11 fév. 2019 : https://www.thesedevacantistdelusion.com/etsi-multa-revisited

[5] Cit. vaticancatholique.com, La Grande Apostasie et une Église de contrefaçon prédites dans le Nouveau Testament et dans les prophéties catholiques : https://www.vaticancatholique.com/la-grande-apostasie/#.XKJS6FUzaM8

[6] Pontrello, op. cit., p. 62.

[7] Cit. Vaticancatholique, Objection contre le sédévacantisme : l'argument de la visibilité de l'Église et sa hiérarchie : https://www.vaticancatholique.com/hierarchie-visible-de-l-eglise/#ftn89

[8] Pontrello, op. cit., p. 61.

[9] Correspondance par courriel entre Jeremy Austin et Peter Dimond. Je ne me rappelle plus de la date et n’ai pas gardé le courriel en question mais suis certain de ce dont nous conversions.

[10] Peter Dimond, Hors de Église il n’y a absolument pas de salut , PDF de l’original : https://www.mostholyfamilymonastery.com/2nd_edition_final.pdf ; p. 107. Article sur la page en question traduite en français : https://www.vaticancatholique.com/singulari-quadam-discours-aux-cardinaux/#.XJ5a_FVKiM8

[11] Lettre encyclique Singulari Quidem du pape Pie IX ; 17 mars 1856 : http://www.catho.org/9.php?d=csd

[12] Peter Dimond écrit par exemple dans son livre Hors de Église il n’y a absolument pas de salut en version française : « Ceux qui insistent pour dire que ‘’l’ignorance invincible’’ peut éventuellement sauver une personne qui meurt non-catholique, s’écartent et renient l’enseignement dogmatique de l’Église catholique. » (https://www.vaticancatholique.com/pdf/hors-eglise-pas-de-salut.pdf ; p. 98). Voir aussi spécialement la page 105 (qualifiée d’« hérésie destructrice » selon Peter Dimond).

[13] Cit. Père Victor E. Novak, An Appeal To Traditional Roman Catholics From an Orthodox Catholic Priest http://orthochristian.com/105123.html : « Vatican I was anything but a free Council, and when Pius IX saw that he could not get a near unanimous vote he changed the rules and required only a majority. The night before the vote many bishops left Rome knowing that under the new rules a tragic new innovation would be pushed through. When the vote was taken many bishops were already gone, and lightening struck St. Peter’s where the bishops were meeting during the vote. » Traduction : “Vatican I était tout sauf un concile libre, et quand Pie IX s'aperçut qu'il ne pourrait pas obtenir un vote quasi unanime, il modifia les règles et ne demanda qu'une majorité. La nuit précédant le vote, de nombreux évêques quittèrent Rome sachant que, selon les nouvelles règles, une nouvelle innovation tragique serait introduite. Lorsque le vote eut lieu, de nombreux évêques étaient déjà partis et la foudre frappa Saint-Pierre où les évêques s’étaient réunis lors du vote.”
Aussi dans T. Mozley, Letters from Rome on the Occasion of the Oecumenical Council, 1869-1870 2 (Londres: Longmans, Green, 1891; Westmead: Gregg International, 1969) ; p. 445-46: « La tempête qui se faisait menaçante toute la matinée, éclata désormais avec la plus grande violence, et un esprit superstitieux eût peut-être donné à beaucoup de gens l’idée que ce fut l’expression de la colère divine, car comme le déclara un officier de la Garde Palatine, ‘’il ne fait aucun doute que c’est cela qui sera interprété par la masse.’’ Les placets de Pères se frayaient un chemin parmi l'orage, tandis que le tonnerre grondait au-dessus d’eux et que la foudre claqua à chaque fenêtre et fondait à travers le dôme et chaque coupole plus petite, divisant sinon absorbant l'attention de la foule. Placet, s’écria son Éminence ou sa Grâce ; or un grand coup de tonnerre retentit en guise de réponse, suivi de la foudre qui frappa le baldaquin et toutes les parties de l’église et de la salle conciliaire, comme annonçant la réponse. Elle dura donc pendant près d’une heure et demie, où se déroula l’appel de la liste et la scène la plus efficace que je n'ai jamais vue. Si tous les décorateurs et organisateurs des cérémonies à Rome eussent été employés, rien n'aurait pu organiser la splendeur solennelle de cet orage, et jamais ceux l’ayant vu et ressenti n’oublieront la promulgation du premier dogme de l’Église. »

[14] Vatican Catholique, Le monde arrive-t-il à sa fin ? ; 14 jan 2015 : https://www.youtube.com/watch?v=RRB-Vv_JLhI et Babylone est tombée ; 4 déc. 2016 : https://www.youtube.com/watch?v=3wnpETNmqow


 

La Foi : La Vraie Liberté  •  © 2019