Go Top
La Foi

J’AI QUITTÉ MHFM !

L’Erreur Fatale des Frères Dimond sur le Sédévacantisme & l’Orthodoxie
Loading
usa

De Saint Pierre aux papes d’Avignon


Peter meets Christ

Il convient aux partisans acharnés des moines du Monastère de la Très Sainte Famille, qui souhaiteraient me traiter de schismatique orthodoxe, de bien vouloir auparavant s’interroger sur leurs connaissances réelles du sujet. Sur quoi se base la réfutation des Dimond à propos des orthodoxes ? Savent-ils vraiment de quoi ils parlent ? Il est indéniable que Peter Dimond ne sait pas de quoi il parle sur le thème de la distinction essence/énergie; à la différence de Jay Dyer. Les arguments prétendument dévastateurs des Dimond contre l’orthodoxie dans leur matériel sont d’autant peu sérieux qu’ils sont peu nombreux. Son article principal, cité en partie ci-dessous, affirme une contradiction dans la position des orthodoxes quant aux conciles œcuméniques. [42]

Peter Dimond: « D’autre part, l' ‘’orthodoxie orientale’’, puisqu'elle rejette l'autorité suprême de l'évêque de Rome et considère tous les évêques égaux, ne peut même pas proposer un cadre ou des critères avec lesquels on pourrait distinguer logiquement les conciles qu'elle qualifie de dogmatiques et contraignants, de ceux qu’ils disent être faux et hérétiques. […] Éphèse II (le concile monophysite hérétique de 449) avait à peu près le même nombre d'évêques que Constantinople I (150 évêques). L’ ’’orthodoxie orientale" voudrait dire qu'il faut accepter Constantinople I sous peine d'hérésie, alors qu'il faut rejeter Éphèse II ! Mais si nous appliquons les principes de l' ‘’orthodoxie orientale’’, les deux conciles sont au même niveau, tous deux soutenus par l'autorité d'évêques égaux. À moins qu’un évêque suprême ne rende un concile contraignant, c’est une farce de dire qu’un concile est certainement dogmatique, tandis que l’autre avec le même nombre d’évêques est hérétique en définitive ! Égal opposé à égal donne un résultat nul. […] »

Il croit que le pseudo-concile Éphèse II peut se comparer à un concile valide, et voit une contradiction dans le nombre égal d’évêques présents en ces deux lieux tandis qu’un concile fut jugé hérétique et l’autre non. Mais c’est absurde. Car l’histoire prouve que, bien qu’il allât de soit dans le contexte de l’époque que tous les conciles fussent mouvementés, Éphèse II a de particulier et unique le fait que beaucoup d’évêques furent empêchés de s’exprimer concrètement, voire même forcés de signer.

Commentaire d’un orthodoxe sur les conciles : « Qu'est-ce qui fait qu'un synode œcuménique est œcuménique? Encore une fois, si vous recherchez des définitions juridiques et canoniques d'une structure et d'une institution, vous ne les trouverez pas. Les évêques de l’Église du monde entier (ἠ οἰκουμένη) sont convoqués au sein d’une assemblée formelle (σύνοδος) au cours de laquelle ils proclament la véritable foi de l’Église. Si vous vous demandez ce qui invalide une telle réunion, consultez les Actes de Chalcédoine pour connaître les détails de ce qui a fait d’Éphèse II un simulacre. […] Un synode d'évêques est toujours un synode d'évêques légitime, et parle pour l'Église, tant qu'il est composé de vrais évêques et se comporte en conséquence. De cette manière, le Seigneur s'assure qu'ils confirmeront la vérité. » [43]

Commentaire sur la tenue d’Éphèse II : « … intrigues de cours, luttes de pouvoir et rivalités entre patriarches et évêques et violences contre les membres de l’Église entachent la valeur du concile, Léon ne se prive pas de qualifier ce concile [Éphèse II] de « brigandage » (latrocinium). En conséquence, l’évêque de Rome ne reconnut pas le concile et en excommunia les participants. » [44]

Si ce point a été ignoré ou mis de côté par Peter Dimond, c’est qu’il n’a pas la finesse d’analyse nécessaire et compte resté ancré avec ses présuppositions papo-centrée. [45] La présence des légats romains opposés à la mauvaise tournure que prenait le débat théologique, ne doit pas justifier une élévation trop grande de leur rang hiérarchique et transformer en vassaux les autres évêques tout autant opposés qu’eux à ce concile, pour monter en puissance leur émissaire le pape comme un empereur suprême. De toute façon, l’organisation structurale de l’Église orthodoxe, fonctionnant comme une confédération, serait bien plus difficile à détruire qu’une organisation centralisée fonctionnant sur une suprématie papale localisée en un seul lieu géographique : Rome. Des catacombes de fidèles chrétiens résistant à des gouvernements viciés et déterminés à punir les adhérents d’une religion intransigeante, il n’y en a pas eu que dans cette ville.

Presuppositions

présuppositions papistes du MTSF affectent leur lecture de Actes 15

Comment a-t-on pu passer de saint Pierre pour arriver à tous ces papes couronnés pensant pouvoir déposer tous les empereurs du monde et contrôler le monde entier ? Tout d’abord, comme le dit Jay Dyer, il est impossible que le saint Pierre du chapitre 15 des Actes des Apôtres, celui-là même qui est cité par les Dimond dans leur film voulant prouver la papauté, [46] pensait comme le pape Boniface VIII dans Unam Sanctam. [47] C’est impossible.

Actes 15 : 6-13 – « Les apôtres et les anciens se réunirent pour examiner cette affaire. Une grande discussion s'étant engagée, Pierre se leva, et leur dit : Hommes frères, vous savez que dès longtemps Dieu a fait un choix parmi vous, afin que, par ma bouche, les païens entendissent la parole de l'Évangile et qu'ils crussent. Et Dieu, qui connaît les cœurs, leur a rendu témoignage, en leur donnant le Saint Esprit comme à nous ; il n'a fait aucune différence entre nous et eux, ayant purifié leurs cœurs par la foi. Maintenant donc, pourquoi tentez-vous Dieu, en mettant sur le cou des disciples un joug que ni nos pères ni nous n'avons pu porter ? Mais c'est par la grâce du Seigneur Jésus que nous croyons être sauvés, de la même manière qu'eux. Toute l'assemblée garda le silence, et l'on écouta Barnabas et Paul, qui racontèrent tous les miracles et les prodiges que Dieu avait faits par eux au milieu des païens. Lorsqu'ils eurent cessé de parler, Jacques prit la parole, et dit: Hommes frères, écoutez-moi! »

Pape Boniface VIII : « En conséquence nous déclarons, disons et définissons qu'il est absolument nécessaire au salut, pour toute créature humaine, d'être soumise au pontife romain. » [48]

Saint Pierre n’a pas demandé à toute l’assemblée réunie à Jérusalem de se soumettre à lui pour obtenir le salut. Toujours selon Jay Dyer, l’Église orthodoxe n’est pas une géante bureaucratie internationale. Ceci-dit, elle vient affecter la sphère juridico-politique. [49]

Les fausses décrétales ayant conduit à la proclamation d’Unam Sanctam sont reconnues historiquement comme l’œuvre de faussaires. Seuls des sectaires acharnés pourraient accuser de malhonnêteté ceux qui font mention de ce fait pour dénoncer la suprématie papale. Je lirai pour cela la citation suivante :

Abbé Guettée, The Papacy : « Les ultramontains ne peuvent pas affirmer ouvertement que ces Décrétales soient véridiques, car il a été prouvé abondamment qu’elles furent en partie fabriqués à partir d'anciens canons, avec des extraits des lettres des papes des quatrième et cinquième siècles. On y trouve des passages entiers, en particulier de saint Léon et de Grégoire le Grand. Le tout est ficelé ensemble dans un mauvais latin qui, même pour le moins critique, possède toutes les caractéristiques du style des huitième et neuvième siècles. » [50]

Qui interprète correctement les décrets papaux ? [51] Répondre qu’un décret est à lire comme une définition sans s’écarter du sens défini ne signe pas la fin du problème, car chacun pourrait tout de même persister à interpréter ce qu’il lit dans la définition.

Pour Jay Dyer, il n’y a pas moyen d’aller de Jésus s’adressant à Pierre dans Matthieu 16 :18 à trois personnes différentes à Avignon prétendant être des successeurs de Pierre. [52] En fait, pour que des théologiens catholiques pussent expliquer tout ceci, ils durent inventer la théorie du développement doctrinal (avec le cardinal John Henry Newman au 19e siècle par exemple). Ce n’est pas étonnant qu’ensuite on en soit arrivé à Vatican II. [53]

Si Rome avait été perçue dès le début comme ayant une suprématie universelle, jamais Paul n’aurait écrit une lettre aux Romains, dans la juridiction prétendument unique de Pierre, en menaçant les fidèles, en les instruisant ; bref en se mêlant de ce qui ne l’aurait pas regardé. [54] Le problème n’est pas la primauté papale mais la prétention de juridiction universelle et de suprématie papale.

Saviez-vous que le pape saint Grégoire le Grand avait une opinion très hostile à l’idée d’un patriarche ou évêque universel ? En fait il considérait comme le précurseur de l’Antéchrist celui qui oserait se revêtir d’une telle définition, se plaçant au-dessus de tous les autres évêques :

« Moi je dis, sans la moindre hésitation, que quiconque s’appelle l’évêque universel ou désire ce titre est, par son orgueil, le précurseur de l’Antéchrist, parce qu’il prétend ainsi s’élever au-dessus des autres [évêques].... » [55]

Saint Grégoire développait son opinion en citant saint Paul aux Corinthiens (1 Cor 1 :13), qui s’horrifiait de l’habitude prise par certains de se revendiquer de telle église de tel homme, du genre « je suis de Paul ou d’Apollos. » Saint Grégoire rejetait carrément toute idée d’universalité pour son compte :

«...des titres qui n’avaient que l’orgueil pour origine, et elle se sert de ces expressions à mon égard : comme vous l’avez ordonné [St. Grégoire parle à l’évêque d’Alexandrie qui lui avait donné le titre d’universel]. Je vous en prie, ne me faites jamais en tendre ce mot d’ordre, car je sais qui je suis et qui vous êtes. Par votre place, vous êtes mes frères; par vos vertus, vous êtes mes pères. » [56]

Ce héros des catholiques romains, saint Grégoire le Grand, est considéré comme un saint chez les orthodoxes.

L’évêque de Césarée et de Cappadoce au 3e siècle, saint Firmilien, était chef des anti-donatistes. Après s’être opposé au pape de l’époque, Étienne, il est mort en dehors de la communion avec l’Église romaine mais est pourtant resté un saint de l’Église. Il avait usé de sarcasme contre le pape en lui reprochant son manquement aux commandements salutaires et avertissements de l’Apôtre, à savoir de garder l’humilité et la douceur dans une affaire où des évêques furent injustement excommuniés par le pape. Saint Firmilien, développant son point de vue, avait alors qualifié Étienne d’« apostat de la communion de l’unité ecclésiale ». [57]

Au 5e siècle, les évêques africains avaient écrit dans une lettre au pape de l’époque que ce dernier n’était pas en droit de renverser leurs jugements et qu’il n’avait pas de juridiction sur leurs terres. Et loin de penser à en appeler au pape de Rome pour la tenue d’une cour d’appel dépassant le cadre des conseils synodaux, les évêques africains choisirent le concile œcuménique. Au fait, il faut savoir que la célèbre phrase de saint Augustin, Roma locuta est, causa finata est (Rome a parlé, donc la cause est terminée) ne fut employée que pour exprimer un rejet de l’autorité du pape Zosime de juger une affaire. [58]

L’apôtre saint Paul, dans sa lettre aux Corinthiens, a traité de charnels les fidèles qui se revendiquaient d’une Église appartenant à un homme, par exemple de se dire être de Paul ou être d’Apollos.

1 Cor. 3:3-7- « En effet, puisqu'il y a parmi vous de la jalousie et des disputes, n'êtes-vous pas charnels, et ne marchez-vous pas selon l'homme? Quand l'un dit: Moi, je suis de Paul! et un autre: Moi, d'Apollos! n'êtes-vous pas des hommes? Qu'est-ce donc qu'Apollos, et qu'est-ce que Paul? Des serviteurs, par le moyen desquels vous avez cru, selon que le Seigneur l'a donné à chacun. J'ai planté, Apollos a arrosé, mais Dieu a fait croître, en sorte que ce n'est pas celui qui plante qui est quelque chose, ni celui qui arrose, mais Dieu qui fait croître. »

En fait, l’Apôtre aux Gentils avait réitéré ce que plus haut il leur avait écrit : à ce détail prêt qu’il ajoute Céphas, Pierre, à la suite de Paul et d’Apollos.

1 Cor. 1:12-13- « Je veux dire que chacun de vous parle ainsi: Moi, je suis de Paul! et moi, d'Apollos! et moi, de Céphas! et moi, de Christ! Christ est-il divisé? Paul a-t-il été crucifié pour vous, ou est-ce au nom de Paul que vous avez été baptisés? »

Cet échantillon d’informations est clairement une preuve d’un refus de la suprématie papale ! Chez les orthodoxes il n’y a pas plus grand que l’évêque/apôtre. Si des catholiques n’aiment pas apprendre tout cela, c’est que leur perspective entière s’oriente avec leur conviction qu’il faut obligatoirement avoir un chef suprême, un pape, dans l’Église de Jésus-Christ ; que Jésus-Christ voulut d’un pape lorsqu’il instaura son Église. Dans tous les travaux des moines de MHFM, l’argumentaire repose sur les propos de Jésus-Christ dans Matthieu 16 :18 dans le sens d’une promesse de suprématie papale.

Mat. 16:18- « Et moi, je te dis que tu es Pierre, et que sur cette pierre je bâtirai mon Église, et que les portes du séjour des morts ne prévaudront point contre elle. Je te donnerai les clefs du royaume des cieux: ce que tu lieras sur la terre sera lié dans les cieux, et ce que tu délieras sur la terre sera délié dans les cieux. »

Le problème pour les Dimond est que les Pères de l’Église sont très nombreux à ne pas du tout partager leur point de vue. Vous trouverez dans les liens un extrait traduit donnant plus de détails, mais pour le dire brièvement huit Pères pensent que la pierre signifie tous les Apôtres. Seize Pères disent que Jésus était la Pierre de ce passage. De plus saint Paul appelle Jésus la pierre dans 1 Cor. 10:4. [59]

Rome

« Rome : matez notre art de la Renaissance qui est cool, tels que les fresques géantes d’Isis et des nus partout.

Aussi Rome : regarder des nus [ou du porno] est un péché mortel

Rome est une farce ! »

Twitter, Jay Dyer

Ceux qui se sont baladés à Rome et plus exactement au Vatican ont dû se sentir gênés de devoir défendre une Église qui moralise sur la sexualité et qui pourtant possède quantités de statues montrant des corps nus dans beaucoup de ses monuments. Un relent d’hypocrisie devrait effleurer vos narines. Il n’y a pas fallu attendre Vatican II pour observer des pratiques viciées ou des attaques pédophiles au Vatican. Au 15e siècle, le pape Alexandre VI s’était senti forcé d’écrire une bulle de réforme pour enrayer les manières de cardinaux qui abusaient sexuellement de jeunes enfants. Le souci est qu’il ne la publia pas. [60]

Richard Ibranyi est un ancien moine de MHFM [61] qui, après avoir rompu avec eux, est remonté jusqu’au 13e siècle pour trouver des antipapes. [62] Vous avez là une autre absurdité des conséquences logiques du sédévacantisme, mais la motivation de Richard Ibranyi reste intéressante à prendre en compte avec le chapitre vu plus haut. Car la scholastique est perçue par lui comme la responsable de l’apostasie. C’est remarquable qu’elle demeure en outre un véhicule de diffusion pour la doctrine erronée de l’absolue simplicité divine ; comme nous l’avons vu précédemment. La méthode de l’ancien moine de MHFM à remonter dans le temps pour rechercher les faits et gestes de papes à critiquer, lui a néanmoins permis de recueillir certaines informations que d’autres préféreraient voir cachées, afin de s’épargner moult questions gênantes. Par exemple, il est notable que le pape Eugène IV eut commissionné l’installation d’une énorme porte d’entrée à la basilique saint Pierre en 1445, où se trouvent des figures mythologiques à côtés d’autres traditionnelles. [63]

Pour l’habituelle objection lancée contre l’orthodoxie, sur le divorce et le remariage, il suffit de lire ce qu’en pense saint Basile [64] et repenser à l’hypocrisie du Vatican et de considérer la liste d’« hommes purs célibataires à vie » devenus frustrés et attoucheurs d’enfants ou briseurs de vœux. Quant au Filioque, vous serez invité à lire dans les liens un article sur le sujet. Pour commencer, sachez que le pape Jean VIII signa le document interdisant le Filioque. [65]

La vidéo de MHFM sur les orthodoxes se voit sous un autre jour. Aux côtés de ce qui a été présenté, les prétentions sédévacantistes apparaissent bien faibles et ne peuvent que rester dans l’ombre ; comme le sombre caractère de leurs auteurs. Mes arguments ayant été posés, je souhaite passer à une analyse du comportement des moines de MHFM et de leurs partisans.


Notes de fin :

[42] Peter Dimond, Refuting the Eastern “Orthodox”: https://www.mostholyfamilymonastery.com/catholicchurch/refuting-eastern-orthodox/

[43] Cit. Joe Heschmeyer, Answering Orthodox Objections About the Robber Council ; 15 juil. 2011 : http://shamelesspopery.com/answering-orthodox-objections-about-the-robber-council/ ; Commentaires, Tikhon ; 15 juil. 2011, 9.19 pm et 16 juil. 2011, 5.47 am.

[44] Wikipédia, Deuxième concile d'Éphèse : https://fr.wikipedia.org/wiki/Deuxi%C3%A8me_concile_d%27%C3%89ph%C3%A8se

[45] MHFM a sorti une vidéo le jour même où je terminai ce que vous lisez : vaticancatholic, Eastern "Orthodoxy's" Fatal Flaw On Bishops & Ecumenical Councils ; 29 mars 2019 : https://www.youtube.com/watch?v=_35whxfeY2I . Leur principal argument avec le concile de Florence échoue car un évêque s’était opposé à toutes les hérésies qui y furent dites et avait refusé de signer : saint Marc d’Éphèse – ce pourquoi il devint un saint d’ailleurs. Pour plus de détails, voici un article en anglais : http://saintandrewgoc.org/home/2014/1/20/saint-mark-of-ephesus-and-the-false-council-in-florence.html. Si MHFM paraît si sûr d’eux dans leur film et qu’ils continuent à émettre des objections, c’est à cause de leurs présuppositions bornées sur la suprématie papale. Ils ne voient que Mat. 16:18 en fonction de cela, en omettant les preuves à disposition réfutant leur opinion erronée, et c’est ainsi que découlent toutes leurs théories. Critiquer la présence de l’évêque saint Marc d’Éphèse à Florence s’opposant aux décisions du concile, reviendrait pour un orthodoxe à critiquer saint Athanase durant la crise arienne où presque tous les évêques étaient hérétiques ariens (reniant la divinité de Jésus). Deux jours après la vidéo de Peter Dimond, Jay Dyer a réalisé un discours en direct comme une sorte de réponse à MHFM : Jay Dyer, Papal Circularity, Ecumenical Councils & Created Grace ; 31 mars 2019 : https://www.youtube.com/watch?v=rQoPiv91Cmk . J’ai relevé plusieurs points réfutant les Dimond, qui ont une mauvaise conception de l’ecclésiologie orthodoxe : La pentarchie chez les orthodoxes n’est pas une sorte de concile magique déterminant qu’une chose sera infailliblement vraie ou fausse (1h46m). L’argument des Dimond dans leur vidéo perd tout son poids, sans même avoir besoin de répondre point par point à leurs dires car MHFM est réfuté dans le fond. Sur le thème des conciles, Jay Dyer cite la liturgie orthodoxe : « Nous sommes d’accord avec les Pères et les saints professeurs quand ils s’accordent avec la Révélation. » (1h57m40s). Quand un catholique romain pose à un orthodoxe la question de savoir ce qui est vrai ou faux dans un concile, c’est le même dilemme pour le romain de savoir comment un pape peut être orthodoxe ou hérétique (2h07m). L’existence de concile synodaux, non signés par le pape, des siècles avant le premier concile œcuménique, prouve l’orthodoxie. Pour qu’un concile soit vrai, ceci ne dépend pas du nombre d’évêques présents. Un tas de gens peuvent y avoir tort sans que cela n’extermine l’Église (2h11m35s). Donc comment savoir si c’est vrai ? Parce que c’est vrai [ça ne rejette pas ni ne contredit la Révélation] (2h13m35s). Peter Dimond dit que l’Église orthodoxe catholique aurait failli (defected en anglais) mais c’est lui qui devrait déjà essayé de répondre aux arguments de John Pontrello qui a recours au même terme pour avancer sa thèse de l’Église de Rome ayant failli.

[46] Vatican Catholique, La Bible prouve la Papauté ; 7 août 2016 : https://www.youtube.com/watch?v=ezTSwTdR2aM ; 14m.

[47] Jay Dyer, Frankfurt School Habermas, Papal Dialectics & Reflection on the Debate ; 12 fév. 2018 : https://www.youtube.com/watch?v=m8ZAC-4CdfM ; 19m30s.

[48] Lettre encyclique Unam Sanctam du pape Boniface VIII ; 18 nov 1302 : http://laportelatine.org/bibliotheque/encycliques/BonifaceVIII/Unam_Sanctam.php

[49] Dyer, Habermas ; 14m55s.

[50] Abbé Guetté, The Papacy, cit. Orthodox Christian Information Center, The False Decretals of Isidore, Cornerstone of the Papacy, Endnotes : http://orthodoxinfo.com/inquirers/decretals.aspx

[51] Jay Dyer soulève ce point dans un débat : Jay Dyer, Jay Dyer Debates Nick Fuentes of America First Media - Roman Catholicism Vs Orthodoxy ; 18 fév. 2018 : https://www.youtube.com/watch?v=y5TrGzQ8woQ ; 44m.

[52] Dyer, Habermas ; 17m25s.

[53] Ibid ; 20 m30s.

[54] Dyer, Debates Nick ; 39m30s

[55] John Pontrello, A Rebuttal of Roman Catholic Claims of Superiority and Infallibility of the Pope : https://www.thesedevacantistdelusion.com/rebuttal-of-roman-catholic-claims. Aussi dans Foi orthodoxe, La papauté moderne condamnée par le pape saint Grégoire le Grand : http://foi-orthodoxe.fr/la-papaute-moderne-condamnee-par-le-pape-saint-gregoire-le-grand/

[56] Ibid.

[57] Pontrello, A Rebuttal.

[58] Ibid.

[59] Jesus Is Lord, The Bible Disproves the Papacy ; 9 juil. 2017 : https://papacyrefuted.blogspot.com/2017/07/this-is-response-to-book-bible-proves.html. À noter que l’auteur a essayé à plusieurs reprises de proposer un débat à MHFM, sans succès. Voir par exemple Aspect21, vaticancatholic.com Too Cowardly to Debate ; 9 juil. 2017 : https://www.youtube.com/watch?v=OyUgEwWyOBE

[60] Richard Ibranyi, The Desecration of Catholic Places ; mars 2014 : http://www.johnthebaptist.us/jbw_english/documents/books/rjmi/br61_desecration_of_catholic_places.pdf ; p. 31-32.

[61] 23rd Street, Richard Ibranyi – On the MHFM : http://www.23rdstreet.com/richard_ibrayni/index.aspx

[62] MLR Productions, The Anti-Church Fathers and the Hellenization of Christianity ; 30 jan. 2015 : https://www.youtube.com/watch?v=Vm5H4pLfe2M

[63] Ibranyi, op. cit., p. 232-233.

[64] Allusion dans Mgr Athenagoras Peckstad, Mariage, divorce et remariage dans l’Église orthodoxe: économie et accompagnement pastoral ; 2005 : http://amisdiocesesahara.free.fr/ltaout13_fichiers/mariagedivorceorthodoxe.pdf ; p. 7-8 : « À propos de l'homme trompé par sa femme, il [Basile] affirme que cet homme est "pardonnable" (à excuser) s'il se remarie. »

[65] Dyer, Debates Nick ; 45m10s.


 

La Foi : La Vraie Liberté  •  © 2019